Synesthésies

Qu’est-ce que ça veut dire ?

Du grec syn (ensemble) et aisthesis (sensation). Particularités du fonctionnement subjectif, vécues par certains individus, consistant à associer les modalités sensorielles. Par extension, on parle de synesthésie lorsque une stimulation perceptive, émotionnelle ou imaginaire évoque une expérience sensorielle, représentationnelle, cognitive ou affective, à condition qu'elle soit additionnelle, arbitraire, idiosyncrasique et automatique.

Quelques exemples

Est-ce que vous voyez des couleurs quand vous écoutez de la musique ?
Est-ce que ce que les mots ont un goût ?
Est-ce que les sons ont une odeur ?
Est-ce que les lettres, les chiffres, les jours de la semaine ont des couleurs différentes ?
Est-ce que de telles suites numériques sont organisées dans l’espace ?
Est-ce que certaines sensations non visuelles, voire des émotions, ont des couleurs, des formes ?
Est-ce que les chiffres ou les lettres ont une personalité, ou au moins un genre ?

Si vous répondez oui à une de ces questions, alors sans doute êtes-vous synesthète !

Description

Automatique et systématique
Stable à travers les années (“aussi longtemps que je me souviens”)
Généralement unidirectionnel
Pas de code universel (deux synesthètes ne vont pas forcément associer la même couleur à la même lettre).
Beaucoup d’associations possibles, mais prévalence des synesthésies lettres/chiffres et couleurs, des formes numériques, des personifications, et, dans une moindre mesure, de l’audition colorée (Chun & Hupé, Frontiers in Cognitive Science, 4:776).
La couleur est la qualité sensorielle évoquée la plus fréquente.
Facteur génétique probable (on rencontre souvent plus d’un synesthète par famille).
Prévalence : entre 4 et 20 personnes sur 100 (tous "styles" confondus)

Est-ce que c’est grave … ?

Dans la grande majorité des cas, la synesthésie n’est ni une pathologie (même si certaines formes peuvent se manifester sous l’effet de drogues), ni une élucubration, mais une particularité individuelle, au même titre que la faculté de bouger les oreilles, l’eidétisme (faculté de percevoir des images visuelles imaginées), la faculté d’écrire en miroir, le "toucher en miroir" (considéré par certains comme une forme de synesthésie), la faculté de voir défiler les mots qu'en entend ou parle comme un "téléprompt" ("tickertape"). Certains synesthètes utilisent les codes couleur associés aux chiffres pour retenir des numéros de téléphone, d'autres au contraires ont eu des difficultés d'apprentissage de l'écriture ou du calcul à cause du conflit entre leur code personnel et celui imposé par l'enseignement. Certains synesthètes, rares, chez qui chaque stimulation résonne dans toutes les modalités sensorielles, se trouvent submergés d'information.

Synesthètes célèbres

Nabokov, Messiaen, Hélène Grimaud, sans doute Rimsky-Korsakov, Eisenstein, Hockney, Feynman, ...

Probablement ni Rimbaud, ni Baudelaire, ni Kandinsky, ni Scriabin (contrairement aux idées reçues), mais sait-on jamais.

Historique scientifique

A lire,  "Bright Colors Falsely Seen: Synaesthesia and the Search for Transcendental Knowledge" (1998) par Kevin Dann. 

Première description scientifique par Sachs, un médecin bavarois, en 1812.
Très à la mode dans le mouvement romantique fin XIXe début XXe, puis discrédité et un peu tombé dans l’oubli.
“Redécouvert” dans les années 80, popularisé par les tendances “New Age” anti-rationalistes.
Devenu un objet scientifique “sérieux” depuis quelques années.

Synesthésies et neurosciences

Peut-on comprendre la subjectivité d'un synesthète, si on ne l'est pas soi-même ? C'est le défi de la compréhension scientifique de la conscience qui est posé avec les synesthésies. Les synesthètes qui disent voir les chiffres en couleur ont un certain type d'expérience de couleur pour des stimulations qui n'ont pas de variation de longeur d'onde. Mais ils ne confondent pas couleurs "objectives" et couleurs "subjectives". Qu'est-ce donc qu'ils entendent par là ?

Les témoignages sont précieux pour tenter de comprendre la diversité des expériences subjectives, mais restent frustrants. Les sciences cognitives, notamment grâce aux techniques de psychophysique et d'IRM fonctionnelle, nous permettront peut-être d'apporter des éléments objectifs qui nous aideront à comprendre l'énigme de la subjectivité d'autrui.

Ressources (en français)

Il y en a assez peu. Attention, toutes les ressources sur internet ne sont pas également fiables... On peut trouver de nombreux témoignages intéressants.

Pour une synthèse scientifique assez accessible :
Hupé, J. M. (2012). Synesthésie, expression subjective d’un palimpseste neuronal ? médecine/sciences, 28(8-9), 765-771. à télécharger en pdf ici

Pour une synthèse davantage vulgarisée :
Hupé, J. M. (2012). Synesthésies, illusions et subjectivité. Cerveau & Psycho "L'essentiel", Les illusions (Novembre 2012). sur le site de Cerveau & Psycho, ou envoyez-moi un e-mail pour recevoir le pdf


Caspar, E. & Kolinsky, R. (2013). Revue d'un phénomène étrange : la synesthésie. L'Année psychologique, 14(3):629-666.

Le site suivant répertorie la plupart des ressources sur internet, y compris les forum de discussion, dans toutes les langues :
http://www.bluecatsandchartreusekittens.com/Blue_Cats_and_Chartreuse_Kittens_Rel.html


Articles scientifiques (en anglais)

Hupé, J. M., Bordier, C., & Dojat, M. (2012). The neural bases of grapheme-color synesthesia are not localized in real color sensitive areas.  Cerebral Cortex, 22, 1622:1633.

    Liens en libre-accès: Résumé, Texte entierau format PDF

    Vous pouvez également consulter ce technical report.

Chun, C.A., and Hupé, J.M. (2013). Mirror-touch and ticker tape experiences in synesthesia. Front. Psychol. 4. Article en libre-accès.

Mise à jour: mars 2014

Contact : Jean-Michel Hupé - Centre de Recherche Cerveau et Cognition - 05 62 74 61 24

Jean-Michel.Hupe [at ] cerco.ups-tlse.fr

Adresse postale :

CNRS CERCO UMR 5549
Pavillon Baudot
CHU Purpan
BP 25202
31052 Toulouse Cedex

retour Retour à la page d'accueil